Média
Partenaires
Recherche
Grand Public

Projets

Dispositifs médicaux intelligents

Parmi ces dispositifs ont retrouve le contrôleur de la vessie et l’implant visuel cérébral qui ont un impact incontournable dans le domaine des implants médicaux. L’implant visuel permet de restaurer partiellement la vue à l’aide d’implants connectés au cortex pour surveiller et stimuler la réception visuelle, d’une caméra et d’un processeur externe, ces composants étant reliés par un lien sans fil. Le contrôleur de la vessie représente une solution unique pour aider les patients souffrant de dysfonctions urinaires (rétention et évacuation). Une licence a été cédée à la compagnie Victhom pour sa commercialisation. Ces deux inventions ont été citées comme étant des contributions techniques majeures par diverses autorités scientifiques, et l’implant visuel a été sélectionné comme une des 10 découvertes de l’année par la revue Québec science et a attiré l’attention du publique et de scientifiques en faisant les manchettes depuis quelques années. Ces travaux impliquant des équipes multidisciplinaires ont permis de trouver de solutions à des dysfonctions neurologiques et aux blessures à la moelle épinière.

 

La nanorobotique pour combattre les tumeurs cancérigènes

La robotique dédiée aux interventions médicales requière la conception de plateformes novatrices à l’échelle moléculaire. Pour faire le pont entre l’échelle nanométrique et celle de l’humain, des plateformes d’instrumentation complexes et uniques au monde sont développées dans un cadre hautement pluridisciplinaire par des équipes de chercheurs possédant des connaissances en médecine, en microbiologie, en physique, en chimie, en sciences des matériaux, en nanotechnologie, en micromécanique, en microélectronique et en ingénierie informatique et logiciel pour n’en nommer que quelques unes. Il a été démontré qu'il est possible de contrôler une bille de 1,5 millimètre à l'intérieur d'un être vivant et des tests concluants ont été effectués dans l'artère carotide d'un animal. Cette découverte permettra aux nanorobots d’acheminer des médicaments à des endroits très précis du corps pour cibler, entre autre, des tumeurs cancérigènes.